LA BIBLIOTHÈQUE DE PRÊT GABRIELLE ET COLETTE

Dans le cadre du jumelage international avec La Maison de Colette en France, 
La Maison Gabrielle-Roy a prit l'initiative de créer une bibliothèque de prêt qui propose les oeuvres de ces deux grandes écrivaines du début du 20ième siècle : Gabrielle Roy et Colette. Venez découvrir la littérature de ces deux femmes d'exceptions! 
Contactez-nous par téléphone ou par courriel pour réserver un ou des documents. Notre service est bilingue et gratuit! 
info@maisongabrielleroy.mb.ca / 204.231.3853  
Discover our English collection here!

Découvrez notre catalogue

Bonheur%202_edited.jpg

Gabrielle Roy

Bonheur d'occasion

Dans le quartier montréalais de Saint-Henri, un peuple d'ouvriers et de petits employés canadiens-français est désespérement en quête de bonheur. Florentine croit avoir trouvé le sien dans l'amour ; Rose-Anna le cherche dans le bien-être de sa famille ; Azarius fuit dans le rêve ; Emmanuel s'enrole ; Jean entreprend son ascension sociale. Chacun, à sa manière, invente sa propre voie de salut et chacun, à sa manière, échoue. Mais leur sort est en même temps celui de million d'autres, non seulement à Montréal mais partout ailleurs, dans un monde en proie à la guerre.

contes pour enfants.jpg

Gabrielle Roy

Contes pour enfants

Ma vache Bossie, Courte-Queue, L'Empereur des bois, L'Espagnole et la Pékinoise, ces 4 histoires d'animaux sont réunies ici pour la première fois. En même temps que commence la parution de l'Édition du centenaire des oeuvres de Gabrielle Roy, le Boréal republie ses magnifiques Contes pour enfants, parus sous forme de recueil à l'origine en 1998.

 

ces enfants de ma vie.jpg

Gabrielle Roy

Ces enfants de ma vie

Ce livre de maturité fait apparaître avec plus d'éclat que jamais les qualités d'émotion, d'observation et d'écriture qui singularisent si fortement l'oeuvre de Gabrielle Roy. En s'inspirant de sa propre expérience d'institutrice, la romancière trace ici le portrait de jeunes êtres qui pour elle portent à la fois le visage de l'enfance et celui de l'humanité tout entière. À travers Nil et Demetrioff se manifeste le pouvoir de l'art et de la beauté; chez André s'incarnent les humbles vertus du courage et du don de soi; par Médéric, enfin, se révèlent les frémissements de la sensualité et la puissance mystérieuse de l'amour. Publié pour la première fois en 1977 et traduit en anglais peu après, Ces enfants de ma vie a valu à Gabrielle Roy son troisième Prix du Gouverneur général du Canada.

Cet été qui chantait.jpg

Gabrielle Roy

Cet été qui chantait

Écrit peu de temps après la mort de Bernadette, la « chère petite soeur » bien-aimée, au cours d'un des étés que Gabrielle Roy passait à sa maisonnette de Petite-Rivière-Saint-François, dans Charlevoix, cet ouvrage est un livre de deuil. Mais un deuil à la fois vécu et consolé par « l'éblouissante révélation de toutes choses », par les voix du vent, de la mer et du ciel, par le chant de toutes les choses vivantes, arbres, fleurs, oiseaux, humains. Images du paradis, mais d'un paradis hanté par la mort, les dix-neuf récits qui composent cet ouvrage parlent le langage du coeur, dont ils disent l'enchantement et la détresse, mais surtout la confiance infinie faite à l'innocence et à la beauté du monde. 

De quoi t'ennuies Ely.jpg

Gabrielle Roy

De quoi t'ennuies-tu, Éveline? suivi de Ély! Ély! Ély!

Apprenant la maladie de son frère chéri, une vieille dame entreprend un long voyage en autobus de Winnipeg jusqu'à la côte californienne. En cours de route, elle découvre le continent et les êtres qui l'entourent, et surtout elle retrouve en les racontant sa propre jeunesse et cet « ennui » qu'elle a toujours éprouvé pour elle ne sait quel ailleurs, quelle vie plus haute et plus vraie. Éveline arrivera trop tard pour parler à son frère. Mais celui-ci, en l'attirant dans cette aventure, lui aura permis de trouver elle-même les réponses aux questions qu'elle voulait tant lui poser. Ély ! Ély ! Ély ! est aussi le récit d'un voyage, celui d'une jeune femme renouant avec sa famille, là même où elle se croyait complètement perdue. 

La détresse et l'enchantement.jpg

Gabrielle Roy

La détresse et l'enchantement

En consacrant les dernières années de sa vie à l’écriture de cette autobiographie dont la publication, avait-elle décidé, n’aurait lieu qu’après sa mort, Gabrielle Roy cherchait à la fois à dresser le bilan de sa propre existence et à conférer à celle-ci, pour toujours, le caractère admirable et énigmatique d’une œuvre littéraire. À transformer, en somme, sa vie en roman. Paru pour la première fois en 1984, La Détresse et l’Enchantement relate ses années de formation, depuis son enfance manitobaine jusqu’à son retour d’Europe à la veille de la Deuxième Guerre mondiale, c’est-à-dire l’histoire de sa venue progressive à l’écriture.

Fragiles lumières.jpg

Gabrielle Roy

Fragiles lumières de la terre

Si elle est avant tout romancière, Gabrielle Roy a publié tout au long de sa carrière un grand nombre d'articles et d'essais divers, C'est un choix de ces écrits qu'on trouvera ici, répartis sous trois grandes rubriques. Des «Reportages» qui illustrent sa manière toute personnelle de percevoir et de rendre la réalité qui l'entoure. En second lieu viennent des «Souvenirs », ainsi que l'évocation ironique des circonstances dans lesquelles la romancière a reçu en 1947 le prestigieux prix Fémina, Enfin on lira ici la longue méditation que Gabrielle Roy a écrite en 1967 autour du thème «Terre des hommes», dans laquelle s'expriment le plus clairement sa vision du monde et certains des thèmes qui nourrissent secrètement l'écriture de ses romans. 

Ma chère petite soeur.jpg

Gabrielle Roy

Ma chère petite soeur

Tout au long de sa vie d'écrivain, Gabrielle Roy a entretenu une correspondance très abondante, avec ses amis, avec ses lecteurs, et surtout avec les membres de sa famille. Ce volume rassemble 138 lettres inédites qu'elle a écrites à sa soeur aînée.

IMG_8121.jpg

Gabrielle Roy

Ma petite rue qui m'a mené au bout du monde

Ma petite rue qui m’a menée autour du monde, la première édition «manitobaine» d’un ouvrage de Gabrielle Roy, comprend un récit autobiographique de la première dame de la littérature canadienne-française et une douzaine d’aquarelles en couleurs des paysages manitobains de Gabrielle Roy signées Réal Bérard. Une édition spéciale publiée à un tirage unique de 1000 exemplaires au profit de la Corporation Maison Gabrielle-Roy.

IMG_8118.jpg

Gabrielle Roy

Mon cher grand fou

Tout au long de sa carrière, Gabrielle Roy a entretenu une abondante correspondance avec des membres de sa famille, des amis, des relations d'affaires et des lecteurs. Les lettres à son mari, le docteur Marcel Carbotte, en constituent la partie la plus importante. Ce volume rassemble les quatre cent quatre-vingt-cinq lettres que la romancière lui a adressées entre 1947, l'année de leur rencontre et de leur mariage, et 1979, l'année où elle a subi son premier accident cardiaque.

La montagne secrète.jpg

Gabrielle Roy

La montagne secrète

Gabrielle Roy raconte ici l’aventure d’un peintre-trappeur du nom de Pierre Cadorai : ses années d’errance dans les paysages mythiques du Grand Nord canadien, ses rares rencontres, le lent apprentissage de son métier d’artiste appliqué à saisir le visage le plus nu de l’homme au milieu de la nature tantôt amicale et tantôt inhospitalière qui l’entoure. La romancière, qui écrit ce livre au mitan de sa carrière, transforme l’existence de Pierre, ses misères et ses joies, sa soif de beauté et de plénitude, la vision à la fois exigeante et exaltée qu’il se fait de son travail de créateur, en une sorte de fable illustrant non seulement la condition de tout artiste, mais plus particulièrement de l’artiste qu’elle a voulu être elle-même, comme pour se rappeler ce qu’est la quête artistique à laquelle elle a voué sa vie.

etite poule d'eau.jpg

Gabrielle Roy

La petite poule d'eau

Gabrielle Roy, à partir du souvenir d'un été passé dans une région sauvage du Manitoba, au nord de Winnipeg, un pays situé plus loin que le "fin fond du bout du monde", a imaginé le recommencement de toutes choses : de l'éducation, de la société, de la civilisation même. Ce pays de grande nature et d'eau chantante, elle l'a peuplé de personnages doux et simples, épris à la fois de solitude et de fraternité à l'égard de leur semblables. La Petite Poule d'Eau a été publié pour la première fois en 1951.

La rivière sans repos.jpg

Gabrielle Roy

La rivière sans repos

Dans la communauté des Inuits de l'Ungava, où se sont installés depuis peu les premiers Blancs, un drame culturel se joue : celui de la confrontation entre les valeurs traditionnelles d'une civilisation millénaire et celles qu'apportent avec eux les émissaires de la science et du progrès venus du Sud. Ce drame donne lieu tantôt à des juxtapositions cocasses, tantôt à des déchirements qui remettent en question toute la vie, toute l'identité de l'être en qui se rencontrent les deux mondes. C'est le cas d'Elsa, l'héroïne de La Rivière sans repos, mère d'un enfant qui, par son existence même, incarne à la fois le choc des deux civilisations et leur dialogue, c'est-à-dire l'équilibre si difficile à réaliser entre leurs exigences respectives.

La route d'altamont.jpg

Gabrielle Roy

La route d'Altamont

Quatre récits composent la trame de ce roman où Gabrielle Roy poursuit - en l'approfondissant - l'exploration de sa propre condition de femme et d'écrivain qu'elle avait entreprise dans Rue Deschambault. Christine, cette fois, découvre les grands mystères de l'existence et de la création : le passage et l'éternité du temps, la suite des générations et des âges de la vie, les risques de l'errance, la dure nécessité de rompre si l'on veut accomplir son destin. Exaltantes ou déchirantes, ces découvertes se font pourtant à travers les expériences les plus familières, comme une randonnée en voiture à travers la plaine du Manitoba. La première édition de La Route d'Altamont a été publiée à Montréal en 1966 et à Paris en 1967. 

Le temps qui m'a manqué.jpg

Gabrielle Roy

Le temps qui m'a manqué

Le temps qui m'a manqué fait  suite à La Détresse et L'Enchantement. Elle couvre les années au cours desquelles Gabrielle, installée à Montréal, exerce le métier plus ou moins obscur de journaliste à la pige et commence à écrire son premier roman, qui deviendra Bonheur d'occasion. Centrée sur la mort de Mélina, la mère, le récit se déroule tout entier sous le signe du deuil, à travers lequel la jeune femme tente de saisir sa propre identité et le sens de son destin. On retrouvera donc dans ces pages, les dernières qu'elle a écrites, toute la force d'évocation et cet art incomparable de la narration émue qui font la singularité et le génie de Gabrielle Roy. 

Rue Deschambault.jpg

Gabrielle Roy

Rue Deschambault

À travers les dix-huit récits qui composent ce livre, Gabrielle Roy a transformé les souvenirs de sa jeunesse manitobaine en un roman racontant l'apprentissage d'un écrivain. Christine découvre peu à peu la réalité - familière et pourtant inépuisable - de la petite rue de Saint-Boniface où elle est née et où l'humanité montre ses visages les plus variés. Mais surtout, ses propres rêves lui sont révélés, c'est-à-dire à la fois ce qui la rapproche des autres et l'en sépare, ce qui la fait les aimer profondément et l'oblige en même temps à les quitter pour toujours. Quatrième livre de Gabrielle Roy, Rue Deschambault a été publié pour la première fois en 1955. Il a été traduit en anglais et en italien et a valu à la romancière son deuxième Prix du Gouverneur général du Canada.

Un jardin au bout du monde.jpg

Gabrielle Roy

Un jardin au bout du monde

Un jardin au bout du monde est né de la vision que je saisis un jour, en passant, d'un jardin plein de fleurs à la limite des terres défrichées, et de la femme y travaillant, sous le vent, en fichu de tête, qui leva vers moi le visage pour me suivre d'un long regard perplexe et suppliant que je n'ai cessé de revoir et qui n'a cessé, pendant des années, jusqu'à ce que j'obtempère, de me demander ce que tous nous demandons peut-être au fond de notre silence : Raconte ma vie. G.R. Un jardin au bout du monde a été publié pour la première fois en 1975. 

IMG_8123.jpg

Ouvrage

Cahiers franco-canadien de l'Ouest

Volume 26 - numéro 2 - 2014 - Numéro spécial

« Autour de Gabrielle Roy »

Presses universitaire de Saint-Boniface

IMG_8099.jpg

Ouvrage

Cahiers franco-canadiens de l'Ouest

Volume 29 - numéro 2 - 2017 - Numéro spécial

 

Territoire, langue et identité : présences nordiques dans l'Ouest canadien

Presses Universitaire de Saint-Boniface

IMG_8117.jpg

Ouvrage

Cahiers franco-canadiens de l'Ouest

Volume 30 - numéro 2 - 2018 - Numéro spécial

« Au cœur de la francophonie de l'Ouest canadien »

Presses universitaire de Saint-Boniface

IMG_8101.jpg

Ismène Toussaint

Les chemins secrets de Gabrielle Roy

Dans le quartier montréalais de Saint-Henri, un

Gabrielle Roy est l’une des plus grandes figures de la littérature canadienne-française. Son œuvre est immense. De 1945 jusqu’à sa mort, survenue en 1983, elle a écrit des ouvrages qui se sont imposés d’emblée comme des chefs-d’œuvre : Bonheur d’occasion, Alexandre Chenevert, La Montagne secrète et plusieurs autres. Bien qu’ils soient lus largement, il y a eu peu d’essais sur ses livres. La richesse de leur contenu, loin de s’épuiser, laisse au chercheur le loisir de parcourir Les Chemins secrets de Gabrielle Roy.

IMG_8105.jpg

Ouvrage

Colloque international Gabrielle Roy

Colloque international « Gabrielle Roy » : actes du colloque soulignant le cinquantième anniversaire de Bonheur d’occasion (27 au 30 septembre 1995) d’André Fauchon (Saint-Boniface, Presses universitaires de Saint-Boniface)

le cyle manitobain de.jpg

Carole J. Harvey

Le cycle manitobain de Gabrielle Roy

L’auteur traite du rôle primordial que joue le Manitoba dans l’imaginaire de l’illustre romancière, Gabielle Roy.

Aujourdhui today.jpg

Ouvrage

Gabrielle Roy aujourd'hui today

Dix-huit collaborateurs parlent de la façon dont l’œuvre et la personnalité de Gabrielle Roy les a touchés personnellement. On ne pouvait pas faire un plus grand éloge à cette grande romancière que de demander à des chercheurs du monde entier de parler de l’importance que l’écrivaine a pour eux et pour la littérature canadienne et mondiale.

Retrouvez des textes de François Paré, André Brochu, Alexandre Amprimoz, Lori Saint-Martin et plusieurs autres.

Une vie ricard.jpg

François Ricard

Gabrielle Roy Une vie

Après avoir dépouillé les abondantes archives de correspondance de Gabrielle Roy, François Ricard donne ici un modèle de biographie d'écrivain et surtout un portrait de femme qui atteint à ce qu'il y a de plus profondément humain en nous. «Tout écrivain devrait avoir la chance de trouver un François Ricard pour raconter sa vie, et pour la raconter avec un tel sens de la dignité et de l'ultime mystère de son sujet.» John Lennox, The Literary Review of Canada

Lori saint-martin.jpg

Lori Saint-Martin

Lectures contemporaines de Gabrielle Roy

Cette bibliographie vise à aider les étudiants, les enseignants et les chercheurs à repérer, dans la masse d'écrits critiques - 22 livres et près de 335 articles - consacrés à Gabrielle Roy depuis 20 ans, ceux qui éclaireront le mieux leur recherche.

IMG_8198.jpg

Ouvrage

Mémoires de Gabrielle Roy

La revue Québec français présente son 170e numéro avec les sujets suivants : Mémoires de Gabrielle Roy, Formation initiale et formation didactique ainsi que plusieurs autres chroniques. 

sillons.jpg

Ouvrage

Sillons hommage à Gabrielle Roy

Gabrielle Roy est née à Saint-Boniface au Manitoba le 23 mars 1909. C'est au Manitoba qu'elle fit ses études, enseigna, et publia ses premiers textes. Elle habitera la province jusqu'en 1937 avant d'entreprendre l'odyssée qui fera d'elle une auteure célèbre et célébrée. En l'année centenaire de sa naissance, auteurs et artistes franco-manitobains rendent hommage à celle qui fut un phare, qui a tracé une voie à partir de la petite rue Deschambault à Saint-Boniface, qui leur a donné à entendre qu'il est possible d'être ici, auteur ou artiste.

my.jpg

Paul Genuist et Monique Genuist

Marie-Anna Roy une voix solitaire

Vie et œuvre de Marie-Anna Roy, sœur de Gabrielle Roy. L’analyse de cette œuvre révèle une femme souvent déchirée mais tenace qu’emportent, parfois jusqu’à la démesure, ses désirs exacerbés.

Claudine à l'École.jpg

Colette

Claudine à l'école

Un titre bien sage pour un roman qui l'est moins. Claudine le reconnaît : «Vrai, cette école n'est pas banale !» Comment pourrait-elle l'être ? Les élèves ont des personnalités peu communes : la grande Anaïs, que Claudine qualifie de menteuse, filouteuse, flagorneuse, traîtresse, possède en outre «une véritable science du comique» ; les Jaubert sont agaçantes à force de sagesse ; Marie Belhomme, «bébête, mais si gaie» ; Luce, charmeuse autant que sournoise ; et les autres, «c'est le vil peuple».

Claudine Paris.jpg

Colette

Claudine à Paris

Son père ayant décidé d'emménager à Paris, voilà Claudine transplantée loin de ses « chers bois ». Le choc est rude ; elle tombe malade, mais la vitalité reprend le dessus. Chez sa tante Cœur, elle fait la connaissance de Marcel, joli et charmant. Il lui présente ses amis, tout aussi raffinés que lui. Elle devient leur confidente… Marcel a un père, Renaud, jeune encore. Claudine n'est pas longue à en tomber amoureuse. Renaud, aimable dilettante, lui fait découvrir les charmes secrets de la ville - les théâtres, les restaurants, les soupers - et sa faune… Mais Claudine, malgré sa curiosité et son exubérance, est farouche. Suivre Renaud, ce serait renoncer à la solitude qui la vivifie, à son village qu'elle regrette, à un passé dont elle n'arrive pas à se détacher. Il va lui falloir choisir…

en ménage.jpg

Colette

Claudine en ménage

La bizarre comédie que fut le jour de mon mariage! Trois semaines de fiançailles, la présence fréquente de ce Renaud que j'aime à l'affolement, ses yeux gênants encore, ses lèvres toujours en quête d'un bout de moi me firent pour ce jeudi-là une mine aiguë de chatte brûlante.


Je ne compris rien à sa réserve, à son abstention, dans ce temps-là! J'aurais été toute à lui, dès qu'il l'eût voulu : il le sentait bien.

s'e va.jpeg

Colette

Claudine s'en va

Annie adore Alain, son mari. Elle est complètement sous sa domination et ne sait qu'obéir. Mais Alain part en voyage et Annie se retrouve seule, complètement épouvantée, bien décidée à appliquer à la lettre l'" Emploi du temps " que lui a fait son mari et qui comporte, entre autres : Une seule visite à Renaud et Claudine, ménage réellement trop fantaisiste pour une jeune femme dont le mari voyage au loin. Voir et sortir souvent avec ma sœur Marthe car sous des dehors un peu libres, elle a un grand bon sens et même du sens pratique. Avec Marthe, Annie ira dans une station thermale puis au Festival de Bayreuth, rencontrera toutes sortes de gens, apprendra et comprendra bien des choses et reverra souvent Claudine...
 

gigi rouge.jpeg

Colette

Gigi

Petite-fille et nièce adorée de deux demi-mondaines, Gigi s’applique à manger délicatement du homard à l’américaine, à distinguer une topaze d’un diamant jonquille et surtout à ne pas fréquenter « les gens ordinaires ». On lui apprend son futur métier de grande cocotte. Mais Gigi et Gaston Lachaille, le riche héritier des sucres du même nom, en décident autrement… Gigi, un des rares romans d’amour heureux de Colette, donne son titre à ce recueil qui réunit trois autres nouvelles : « L’enfant malade », « La dame du photographe » et « Flore et Pomone ».

vesper.jpg

Colette

L'étoile Vesper

Immobilisée, Colette observe le ciel, le trajet de la lune ou de Vesper dans le quadrilatère que découpe le Palais-Royal, les visages, « les prodiges grossis par [la] loupe ». Les associations d’idées et les digressions abondent, traitent du passé proche (la guerre, l’emprisonnement de Maurice Goudeket), ou lointain (la vie des grands quotidiens au début du siècle, le portrait retrouvé de la mère de Sido). Au passage sont célébrées des figure chères — Hélène Picard, Renée Hamon. Les dernières lignes accordent autant de place à l’aiguille qu’à la plume : « Mes lents coursiers, tâchez à aller de compagnie : je vois d’ici le bout de la route. »

liberitne.jpg

Colette

L'ingénue libertine

Elancée, des yeux noirs superbes, des cheveux si blonds qu’ils paraissent argentés, Minne est une ravissante personne adorée par sa maman. Elle suit les cours des demoiselles Souhait pour y rencontrer des jeunes filles bien élevées, et à l’occasion, s’y instruire…Tout a été arrangé pour que Minne ait une vie des plus douillette. Mais Minne rêve d’autre chose, elle veut connaître ce qu’elle appelle l’Aventure. Mariée, déçue, humiliée, mais maintenant renseignée et ayant compris que l’Aventure, c’est l’Amour, Minne va alors chercher avec détermination l’homme qui lui donnera ce bonheur merveilleux dont toutes les femmes qu’elle connaît parlent et tous les livres aussi.

la chatte.jpeg

Colette

La chatte

Lorsque débute leur vie commune, Alain et Camille sont deux amis d'enfance que tout en apparence rapproche. Mais leurs secrètes rêveries les divisent. Ce qu'Alain aime en Camille, c'est une beauté idéalisée, faite d'immobilité et de silence. Aussi est-il déconcerté par son exubérance. Comme l'arrivée d'une saison nouvelle, la découverte de leur intime division le met à la merci d'autres rêves. Et c'est alors que le drame se noue. La chatte Saha sera désormais pour Alain la chimère sublime qui domine sa vie et pour Camille la rivale détestée contre laquelle aucun procédé n'est trop brutal. Avec une maîtrise et une sobriété sans égales, Colette a composé, en suivant les règles de l'art classique, une véritable tragédie d'amour à trois personnages.

La fin de chéri.jpg

Colette

La fin de chéri

Désespoir de Chéri, alors qu'il revient de la Grande Guerre et ne reconnaît plus le monde qu'il a quitté. L'heure est au négoce et à l'appât du gain. Son épouse, autrefois muette et effrayée, gère désormais les affaires du couple. Son ancienne maîtresse est devenue une vieille femme obèse qui a tiré un trait sur sa vie passée. En retournant à son existence oisive d'avant-guerre, Chéri ne sait plus quel rôle tenir et découvre son incapacité à s'adapter. Désoeuvré et apathique, enfermé dans une solitude radicale et étranger aux valeurs auxquelles se raccroche la société, le jeune homme choisira la mort. Représentant de cette génération ravagée par un nouveau mal du siècle, Chéri prend place parmi les grandes figures romanesques de l'immédiat après-guerre.

la maison de Claudine.jpeg

Colette

La maison de Claudine

 En trente-cinq chapitres, chacun constituant une nouvelle, Colette fait revivre avec un rare bonheur dans ce livre de souvenirs son enfance heureuse, sa famille et surtout sa mère, la merveilleuse Sido tant aimée.

 

Les bêtes, elles aussi, dont Colette parle mieux que personne, font partie intégrante de cette maison qui devient, grâce au génie de l'auteur, inoubliable. La Maison de Claudine, œuvre sensible et émouvante, est l'une des plus belles de ce grand écrivain.

la paix chez les bêtes.jpeg

Colette

La paix chez les bêtes

Par la grâce de l'écrivain, les chiens et les chats qui vivent dans ces pages sont merveilleusement eux-mêmes, saisis avec un extraordinaire bonheur d'expression, en même temps qu'ils apparaissent comme des êtres doués de raison et de parole.
Ils délivrent une vérité parfois cruelle, certes, mais innocente - subtile ambiguïté qui est un des thèmes les plus profonds et les plus continus de toute l'œuvre de Colette.

La retraite sentimentale.jpg

Colette

La retraite sentimentale

Très jeune… non, je ne suis plus très jeune. J'ai gardé ma taille, ma liberté de mouvements ; j'ai toujours mon vêtement de chair étroite qui m'habille sans un pli... j'ai changé tout de même. Je me connais si bien ! Mes cheveux couleur de châtaigne étoffent toujours, nombreux, pressés en boucles rondes, l'angle un peu trop aigu d'un menton qu'on s'accorde à trouver spirituel. La bouche a perdu de sa gaîté et, au-dessous de l'orbite plus voluptueuse mais aussi plus creusée, la joue s'effile, longue, moins veloutée, moins remplie : le jour frisant y indique déjà le sillon - fossette encore, ou ride déjà ? - qu'y modèle patiemment le sourire...

Le second métier de l'écrivain.jpg

Colette

Le second métier de l'écrivain

Plaquettes publicitaires, slogans pour des affiches ou des encarts dans la presse permettent de découvrir une Colette méconnue, pionnière là encore, et fidèle, dans tout ce qu'elle fait, à ce style unique qui l'a rendue célèbre, où se mêlent le don de l'observation, l'humour, l'art de recréer la sensation et de rendre sensible « à l'aide de pauvres mots » la fraîcheur d'une eau pétillante, le parfum d'un café, le touché d'un cuir ou d'une étoffe.

La vagabonde.jpg

Colette

La vagabonde

Renée Néré, lasse des infidélités de son mari, le peintre Taillandy, vient de le quitter. La séparation la laisse meurtrie. Pour subvenir à sa vie, Renée devient mime, danseuse et actrice. Un riche héritier, Maxime, en tombe amoureux. La jeune femme est tentée par ce nouvel amour, mais les souvenirs douloureux de son premier mariage sont omniprésents. A l’issue d’une tournée théâtrale, elle prend sa décision… Le roman est riche des premières expériences matrimoniales de Colette. Il est aussi un hymne au théâtre, aux coulisses et aux gagne-petit qui le peuplent. Ces deux thèmes – le renoncement à l’amour et le music-hall – , qui seront ceux que l’écrivain développera tout au long de son œuvre, sont ici inextricablement mêlés. La Vagabonde est le roman de la désillusion, de la nostalgie, mais aussi celui du combat intérieur et de la victoire sur soi.

les vrilles.jpeg

Colette

Les vrilles de la vigne

Autrefois, le rossignol ne chantait pas la nuit. C’est pour avoir manqué de périr, prisonnier de la vigne enroulée autour de lui tandis qu’il dormait, qu’il écoute désormais sa voix afin de rester en éveil…
Lorsqu’en 1908 Colette publie ce recueil de textes brefs – dialogues de bêtes, évocations de la nature, méditations sur l’amour, la solitude, le passage du temps… –, elle s’est séparée de Willy, son premier mari, définitivement résolue à imposer son indépendance d’artiste et de femme. «Je ne connais plus le somme heureux, mais je ne crains plus les vrilles de la vigne», dit-elle. Et c’est bien en effet la voix libre et singulière d’un écrivain qui se fait entendre dans ces pages bouleversantes de poésie, de tendresse, de hardiesse aussi, où la romancière de Chéri et de La Vagabonde a réuni en bouquet les thèmes de toute son œuvre.

lettre à sa fille.jpg

Colette

Lettres à sa fille

 «Une lettre est un objet sacré qu'aucune vente ne doit profaner : c'est un scandale intolérable que de disperser aux quatre vents des pensées, des impressions, connues seulement de deux personnes.» Si je me suis laissé convaincre d'ordonner les quelque six cent cinquante pièces de ce puzzle, c'est pour montrer un aspect inconnu de Colette et faire revivre la «Petite Colette». Ce que je ne pouvais imaginer, c'est que tous les originaux seraient volés chez moi le jour même où le travail s'achevait... Puisse le cambrioleur se souvenir de la phrase ci-dessus et rendre son butin...

colette.jpg

Colette

Mes apprentissages

Récit par Colette de ses années d'apprentissage : son inexpérience à 20 ans, les feux de la vie parisienne, son mariage avec Willy qu'elle considère presque aussitôt comme une erreur, son envie de le quitter, le travail de nègre que celui-ci lui fait endosser, la forçant à écrire la série des «Claudine»... Avec, en arrière-plan de ses souvenirs amers, le Paris clinquant de la Belle Epoque.

mère et fille.jpg

Colette

Mère et fille (anthologie)

Dans Folioplus classiques, le texte, enrichi d'une lecture d'image, écho pictural de l'oeuvre, est suivi de sa mise en perspective organisée en six points : - Vie littéraire : Mères-filles : les ravages de l'amour - L'écrivain à sa table de travail : La lettre, ce fragile objet du désir - Groupement de textes thématique : Sido : un mythe littéraire - Groupement de textes stylistique : L'éducation des filles - Chronologie : La chaîne des dames - Fiche : Des pistes pour rendre compte de sa lecture. Recommandé pour les classes de collège.

mitsou.jpg

Colette

Mitsou suivi de En camarades

Un mois de mai de la guerre. Mitsou, petite danseuse de l’Empyrée-Montmartre, s’apprête à entrer en scène quand surgit dans sa loge son amie Petite-Chose, accompagnée de deux jeunes sous-lieutenants, un kaki et un bleu horizon. Mitsou se montre froide et réservée. Mais elle est bien jolie et le Lieutenant Bleu, avant de retourner au front, lui adresse une lettre. Une correspondance s’établit. Malgré les fautes d’orthographe, des tournures quelque peu populaires, les lettres de Mitsou enchantent le jeune homme ; elle s’y révèle d’une grande pureté de cœur. Chacune des lettres les rapproche et ils finissent par oublier tout ce qui les sépare, jusqu’au jour où le Lieutenant Bleu arrive en permission…
 

Paris de ma fenêtre.jpg

Colette

Paris de ma fenêtre

La guerre de 1940 au quotidien. Vécue, vue non par les combattants (lesquels ?), mais par une femme que l'arthrite commence à immobiliser. Les restrictions, quelques recettes pour les oublier ou faire semblant, le marché noir, le système «trucs et trocs», l'entraide qui réunit les habitants du Palais-Royal, les distractions (la lecture, principalement), les expositions (de poupées anciennes, de papillons...), le petit peuple de Paris, les animaux et les privations auxquelles eux aussi sont soumis... Ces tableaux croqués au jour le jour sont autant d'images de moments disparus que l'Histoire n'a pas toujours pu retenir, mais que Colette, avec sa rare acuité, a su capter et, par son style incisif, éterniser.

prisons et paradis.jpg

Colette

Prisons et paradis

Les textes qui composent Prisons et Paradis (1932) s'articulent autour de trois éléments essentiels de la vie de Colette : les bêtes libres ou enfermées ; le Midi de la France, que Colette a découvert tardivement et où elle aménage avec soin sa maison "La Treille muscate" et son jardin provençal ; en fin l'Afrique du Nord, dans des récits où elle exalte la beauté des êtres et des paysages. On trouve en outre dans ce recueil diverses chroniques ainsi que des portraits d'amis, de connaissances ou de célébrités 

sido.jpg

Colette

Sido

Dans Sido, Colette évoque le souvenir de sa mère tant aimée.

 

Elle nous parle aussi de son père, « le capitaine », second mari de Sido, de sa soeur aînée, « l'étrangère », et de ses deux frères, « les sauvages », de l'amour qui unissait ses parents et de son enfance heureuse.

IMG_8175 (1).jpg

Ouvrage

Cahiers Colette N039

« Indifférente à l'Histoire », selon Aragon, Colette a elle-même entretenu cette idée en affirmant son horreur pour les idées générales, son désintérêt pour la politique (« poison véhément »), et son refus de penser (« J'écris. Faut-il encore que je pense? »).

IMG_8177.jpg

Ouvrage

Cahiers Colette N040

Alors que partout dans le monde la voix des femmes commence à se faire entendre pour dénoncer l'oppression et les violences dont elles sont depuis trop longtemps l'objet, l'histoire littéraire a fort opportunément rejoint l'actualité à la faveur du film Colette, sorti sur les écrans français en début d'année.

IMG_8181.jpg

Gérald Bonal

Colette

« Je veux faire ce que je veux... » Tour à tour romancière, mime, auteur dramatique, journaliste, comédienne, critique de théâtre, marchande de produits de beauté, scénariste, Colette a mené sa vie tambour battant, comme elle l'entendait.

IMG_8173 (1).jpg

Ouvrage

Colette et la publicité

Formée à l'école de Willy, Colette comprend très tôt l'importance de la réclame. En 1932, elle choisit de faire de son nom une marque et de se lancer dans le commerce des produits de beauté, avec pour slogan : « Êtes-vous pour , ou contre le ''second métier'' de l'écrivain? ».

cl mi.jpg

Ouvrage

Colette des deux côtés du miroir

Ouvrage inspiré de l'exposition du même nom présentée au Musée Colette en 2017.

colette fr.jpg

Michel del Castillo

Colette, une certaine France

Colette incarnait et incarne toujours une certaine France : la célébration de la nature et la passion du théâtre, la règle et l'ordre de la province, la frivolité et le désordre de la vie parisienne. Peu d'auteurs auront travaillé avec autant de persévérance à l'élaboration de leur mythe. Durant toute sa vie, Colette n'aura cessé d'entretenir une véritable vocation au bonheur.
En reprenant le cours de la vie et de l'œuvre de Colette, et en rétablissant au passage certaines vérités, égratignant donc la fameuse légende, Michel del Castillo confirme qu'entre les faits et les sentiments il y a toujours l'écart de la littérature.
Après une œuvre abondante qu'il qualifie lui-même de sombre, il nous offre un livre lumineux et solaire.

Colette-1ere-Couv.jpg

Ouvrage

Colette & Willy

Arrivée au sommet de sa gloire, Colette ne perdra jamais une occasion de dire que Willy a été son mauvais génie. Elle ira même jusqu’à publier un ouvrage à charge, Mes apprentissages, où elle livre de ses jeunes années une image poussée au noir. Celle d’une provinciale innocente, pervertie par un vieux mari, exploitée par un homme sans scrupules qui l’enfermait à clé pour l’obliger à écrire des romans qu’il ne lui permettait pas de signer. Quatre-vingts documents rares et précieux, ici réunis pour la première fois, mettent à mal l’« Histoire officielle ». Lettres, photos, articles, témoignages, déclarations..., nous conduisent à une profonde relecture de cette aventure littéraire, éditoriale, sentimentale et humaine hors du commun. 

7 vies.jpg

Frédéric Maget

Les 7 vies de Colette

Qui êtes-vous madame Colette? La femme libre et scandaleuse qui défraya la chronique de la Belle Époque en dévoilant un sein nu sur une scène et en s’affichant au bras de Mathilde de Morny, l’amoureuse des bêtes et des chats, l’épicurienne qui refusa la folie des minceurs, ou bien la bonne dame du Palais-Royal, détentrice d’une sagesse terrienne et ancestrale, à laquelle la République française accorda des obsèques nationales?


Romancière, mime, comédienne, reporter, critique dramatique, à l’occasion éditrice, scénariste, publicitaire et même marchande de produits de beauté, une seule vie ne pouvait suffire à contenir votre soif de liberté et de découvertes.

coleete bellon.jpg

Yannick Bellon

Colette

Documentaire (1951)

Nous voici en présence de deux femmes remarquables : la réalisatrice Yannick Bellon et, devant l’objectif, l’Illustre romancière Colette. Filmée par Yannick Bellon, Colette s’anime, rit, se raconte.


Dans ce portrait moderne et captivant où Colette se promène dans ses souvenirs, assise devant sa fenêtre donnant sur le Palais Royal, on découvre avec ravissement les lieux où elle a habité, ses chats, son amitié avec Jean Cocteau, son amour de l’écriture, son regard espiègle sur les gens et la vie.
Un moment de bonheur poétique. 

colette film.jpg

Wash Westmoreland

Colette

Gabrielle Sidonie Colette, une jeune femme d'un village de campagne, épouse un Parisien charismatique et dominant, son aîné de quatorze ans, connu sous le seul nom de « Willy ». Sous ses auspices, elle est initiée au Paris bohème où son appétit créatif est déclenché. Toujours prêt à capitaliser sur le talent, Willy convainc sa femme d'écrire des romans – à paraître sous son nom. Le succès phénoménal de sa série « Claudine » fait de Willy un écrivain connu et « Colette et Willy » le premier couple de célébrités modernes. Au fil du temps, le manque de reconnaissance pour son travail contrecarre Colette, et une liaison avec la Marquise de Belbeuf, qui défie le genre, l'incite à se libérer.

j'appariens.jpg

Jacques Tréfouel

J'appartiens à un pays que j'ai quitté

C’est à Saint-Sauveur, au contact de la nature et des bêtes familières, dans le jardin familial, dans la campagne et les forêts environnantes, que se sont formés une sensibilité, un instinct : bref, cette manière singulière d’appréhender le monde, basée sur les sens, qui n’appartient qu’à Colette.
Aller à la rencontre de la jeune Sidonie-Gabrielle Colette, c’est donc aller également à la rencontre d’un coin particulièrement pittoresque de l’Yonne. Pour la première fois, un film documentaire est entièrement consacré aux dix-huit années que Colette a passé à Saint-Sauveur. L’auteur de « Chéri » était conscient de sa dette. Parlant de sa Puisaye natale, elle reconnaissait : « J’appartiens à un pays que j’ai quitté ».

claudine BD.jpg

Lucie Durbiano

Claudine à l'école

D'après l'œuvre de Colette

Dans son journal intime, la jeune Claudine, 15 ans, relate son quotidien et les relations qu’elle noue au sein de son école. En pleine préparation du brevet, elle préfère se mêler des affaires des adultes plutôt qu'étudier. Alors que certains hommes commencent à la séduire, elle tombe amoureuse de la nouvelle institutrice.

maison art.jpg

Ouvrage

La maison de Colette

Colette est l’un des plus grands écrivains français. Un de ceux qui ont porté la langue française à un point de perfection rarement égalé. Ce hors-série vous fait découvrir la maison de son enfance à la Puisaye en Bourgogne restaurée et réaménagée grâce aux Amis de la Maison de Colette.